Blog

Affichage des posts par catégorie

 

Le film c’est quoi le bonheur pour vous gratuit pendant 48 heures

À l’occasion de la journée mondiale du bonheur le 20 mars et par élan de solidarité au vue des évènements actuels, le film C’est quoi le bonheur pour vous? sera en accès gratuit pendant 48 heures ! Le film C’est quoi le bonheur pour vous?, c’est 4 ans de réalisation et de tournage seul à travers le monde, sans équipe de tournage, de perchiste et de caméraman, c’est plus de 1 500 interviews, 800 000 km à travers le monde, 25 pays et 600 interviews publiées gratuitement sur la chaîne youtube https://www.youtube.com/c/NeoBienetre, dans un seul et même objectif : réveiller les consciences et semer des graines de bonheur !

Véritable livre de développement personnel, il aborde un nombre important de thématiques toutes liées au bonheur et nous met face à nos responsabilités et à nos choix. Le bonheur est vital, indispensable à notre équilibre. Il est à l’origine de nombreuses vertus et joue un rôle prédominant sur notre santé; être heureux permet de vivre plus longtemps, d’avoir un meilleur système immunitaire et d’être bien dans sa peau, tout simplement ! Cela apparaît comme nécessaire pour mener une vie personnelle et sociale harmonieuse.

Julien Peron est passé de 300 heures de rushs à 1h20min de film pour vous livrer la quintessence des interviews. Etant donné qu’on ne peut pas tout mettre sur un film de 1h20, plus de 600 interviews se trouvent également en accès gratuit sur la chaîne youtube https://www.youtube.com/c/NeoBienetre

Qui est Julien Peron?

Utilisant ses propres valeurs dans l’approche de l’être humain, la connaissance de soi, la curiosité et l’ouverture d’esprit depuis son enfance, cet entrepreneur de 41 ans a nourri et modelé depuis son plus jeune âge ces qualités qui poussent à l’action dans le respect de l’autre et de l’environnement. Ses ressources il commence à les rassembler depuis sa petite enfance dans sa famille, dans laquelle on pratique le sport, l’astrologie ou bien même le tarot. Il développe ses atouts dans les Arts Martiaux pendant plus de 14 ans, avec le Kung-fu, poussant très loin sa passion pour devenir champion de France en 1999. Puis dans les voyages que ses parents encouragent, dès l’âge de 12 ans, notamment lorsqu’il part aux Etats-Unis pendant un mois en immersion dans une famille du Wisconsin. Son argent de poche ; il le met de côté pour partir régulièrement avec son sac à dos à la découverte d’autres pays et d’autres cultures. Ses explorations sur le monde environnant amènent d’autres explorations plus intérieures, nourries de beaucoup de lectures et de découvertes. Il investit un autre aspect de l’humain au travers de la psychologie, du bien-être, du développement personnel et des médecines alternatives. Puis de l’économie, de la politique et la sociologie.

Pour en savoir plus sur Julien Peron regardez sa conférence TEDx “L’éducation à la vie”

Source : innovation-en-education.fr

Coronavirus : le débit dédié à YouTube, Fortnite et Netflix pourrait être limité par les opérateurs

Selon le JDD, les opérateurs seraient prêts à réduire le débit dédié aux services et jeux dédiés au divertissement, comme Fortnite ou Netflix.

Fortnite // Source : Unsplash

En Italie, depuis que le confinement a Ă©tĂ© mis en place le trafic Internet du pays a augmentĂ© de 70 %, c’est ce qui a Ă©tĂ© dĂ©clarĂ© par Luigi Gubitosi, PDG de Telecom Italia. En France, la situation n’est pas encore la mĂŞme : le Premier ministre Philippe a annoncĂ© de nouvelles mesures pour protĂ©ger la population du coronavirus, mais le confinement n’a pas encore Ă©tĂ© annoncĂ©. Les crèches, Ă©coles, collèges, lycĂ©es et universitĂ©s seront fermĂ©s « jusqu’à nouvel ordre » et le tĂ©lĂ©travail est fortement encouragĂ© pour les millions de travailleurs qui ont la possibilitĂ© de travailler depuis chez eux.

UNE HAUSSE INÉDITE DU TRAFIC INTERNET

Comme le note le JDD, les opĂ©rateurs de tĂ©lĂ©coms se prĂ©parent Ă  une hausse inĂ©dite du trafic. Arthur Dreyfuss, le prĂ©sident de la FĂ©dĂ©ration française des tĂ©lĂ©coms qui rĂ©unit les opĂ©rateurs français dont Orange, Bouygues et SFR (Free a quittĂ© la fĂ©dĂ©ration en 2009), dĂ©clare que les opĂ©rateurs pourraient rĂ©duire la bande passante vers les sites et services de divertissement pour privilĂ©gier le tĂ©lĂ©travail mĂŞme si « les infrastructures sont dimensionnĂ©es pour absorber des pics d’activitĂ© Â». NĂ©anmoins, l’absence de certains techniciens et ingĂ©nieurs, bloquĂ©s chez eux, pourraient rendre compliquĂ©e la maintenance du rĂ©seau.

« Tous les opĂ©rateurs tĂ©lĂ©coms ont mobilisĂ© des milliers d’ingĂ©nieurs et de techniciens qui superviseront et entretiendront l’ensemble du rĂ©seau », peut-on lire sur le JDD, nĂ©anmoins en cas de saturation, les opĂ©rateurs n’excluent pas de privilĂ©gier les usages professionnels en diminuant la bande passante des sites de divertissementNetflix, YouTube, Fortnite et de nombreux autres services pourraient donc voir leur dĂ©bit limitĂ©, ce qui peut avoir des consĂ©quences sur l’accessibilitĂ© de certains services. Les opĂ©rateurs pourraient privilĂ©gier les grands acteurs du marchĂ© de la visioconfĂ©rence en leur assurant une bande passante suffisante.

Source : frandroid.com

Attention aux apps « Coronavirus » sur Android et iPhone : entre désinformation et logiciel malveillant

Apple et Google souhaitent bloquer les apps qui propagent de la désinformation mais aussi les apps qui profitent de la situation.

Apple et Google ont commencĂ© Ă  supprimer et bloquer de nombreuses applications dont le sujet est le coronavirus de l’App Store et du Play Store. Sur le Play Store, Google a mĂŞme Ă©tĂ© jusqu’à interdire les termes de recherche « coronavirus Â» et « COVID-19 Â». Sur l’App Store, Apple tente de faire le tri entre les applications qui profitent de la situation et celles qui aident les gens Ă  ĂŞtre correctement informĂ©s sur cette crise mondiale. Apple a d’ailleurs lancĂ© dans son application Apple News une section dĂ©diĂ©e au coronavirus pour retrouver des informations vĂ©rifiĂ©es de mĂ©dias sĂ»rs. Malheureusement, Apple News n’est pas disponible en France pour le moment.

BLOQUER LA PROPAGATION DE FAUSSES NOUVELLES ET STOPPER LES PROFITEURS

L’objectif pour Apple et Google est de bloquer la propagation de fausses nouvelles. Certains cherchent mĂŞme Ă  profiter de l’épidĂ©mie en propageant des logiciels malveillants. Heureusement, vous trouverez toujours certaines apps utiles dont Covidom. Cette application pour smartphones est donc destinĂ©e aux patients « sans signe de gravitĂ© Â», son utilisation venant « en complĂ©ment de mesures de confinement Â». L’objectif est d’assurer un tĂ©lĂ©suivi Ă  distance des patients ne nĂ©cessitant pas une hospitalisation, sans surcharger les Ă©tablissements de santĂ© et les mĂ©decins gĂ©nĂ©ralistes, leur permettant ainsi de se consacrer sur les patients le nĂ©cessitant.

Source : frandroid.com

Coronavirus (Covid-19) : Free Mobile booste gratuitement votre forfait

Face Ă  l’Ă©pidĂ©mie du Coronavirus (Covid-19), Free Mobile annonce que son forfait mobile Ă  2€ par mois est amĂ©liorĂ© gratuitement.

Logo Free

L’épidémie du Coronavirus (Covid-19) continue de gagner en importance dans l’actualité, suscitant aussi la réaction des marques dans ce qui est désormais un effort de toutes et tous pour endiguer le problème.

C’est ce qui motive la décision du groupe Iliad ce matin d’annoncer que le forfait le moins cher de Free Mobile, à 2 euros par mois, ou gratuit si vous êtes abonné Freebox, va être amélioré gratuitement pendant cette période particulière.

5 MILLIONS D’ABONNÉS CONCERNÉS

Jusqu’à la fin du mois d’avril, les 5 millions d’abonnés au forfait à 2 euros vont donc avoir le droit à 1 Go de données en 4G au lieu de 50 Mo par mois habituellement. Le changement est effectué totalement gratuitement et automatiquement.

Free précise que les collégiens, lycéens et étudiants sont très représentés parmi les abonnés à 2 euros par mois, et que cela permettra, on l’imagine, de mieux suivre l’actualité autour de l’épidémie, mais aussi les cours à distance.

Hier le président Emmanuel Macron a annoncé un certain nombre de mesures, dont vous pouvez retrouver tous les détails dans le dossier dédié sur Numerama.

Source : frandroid.com

Coronavirus : opérateurs et hébergeurs se préparent à une augmentation du trafic Internet

Le télétravail et les confinements à résidence laissent présager un surcroît inhabituel des connexions et activités en ligne sur le territoire français dans les prochains jours.

Un centre de données.
Un centre de données. BIGBLOCK DATACENTER

Emmanuel Macron a insisté sur un point, lors de son allocution du jeudi 12 mars concernant la pandémie de Covid-19 : « Quand cela est possible, je demande aux entreprises de permettre à leurs employés de travailler à distance. » Ajoutez à cela des millions d’élèves renvoyés chez eux et une part croissante de la population confinée : pour travailler ou se distraire, les citoyens vont-ils mettre à l’épreuve la résistance de l’Internet français ?

Opérateurs, datacentres et hébergeurs — bien que pour l’heure plutôt sereins — sont en tout cas à pied d’œuvre pour éviter toute congestion des connexions et des ralentissements importants.

Records de débit

Dans les pays ou régions du globe particulièrement touchés par la pandémie, ce surcroît d’activité en ligne est déjà mesurable. « Nous avons constaté une augmentation de plus de 70 % du trafic Internet sur notre réseau fixe, avec une forte contribution des jeux en ligne tels que Fortnite », a déclaré le directeur général de Telecom Italia, Luigi Gubitosi, cité par Bloomberg.

Plusieurs nœuds d’échange d’Internet ont rapporté des niveaux inédits de débits ces derniers jours

Bien que l’activité sur l’Internet français ne se soit pas encore accrue, certains signes sont révélateurs. Plusieurs nœuds d’échange d’Internet, où s’interconnectent par exemple fournisseurs d’accès à Internet et de contenus — ce qui ne concerne pas la France en particulier —, ont rapporté des niveaux inédits de débits ces derniers jours. Le nœud DE-CIX, à Francfort, en Allemagne, a ainsi annoncé avoir battu un record mondial de débit bien plus tôt que l’évolution de son trafic de ces derniers mois ne le laissait présager. Plusieurs autres nœuds européens importants ont également rapporté des débits plus importants qu’à l’accoutumée.

Chez Telehouse, une entreprise parisienne où s’interconnectent plusieurs centaines d’entreprises d’Internet — un des principaux nœuds d’Internet en Europe —, on a assisté, entre le 28 février et le 6 mars, à un « doublement des demandes de connexions » entre ses clients, révèle au Monde le directeur adjoint de l’entreprise, Sami Slim. Un pic d’activité « inhabituel » à cette période de l’année, selon lui.

« Se préparer à un choc »

Chez Equinix, un des géants de l’hébergement de données, on témoigne aussi d’un changement de stratégie récent des entreprises clientes. « On n’a encore rien vu d’inhabituel en Europe, mais en Asie on a été alertés sur une augmentation des modifications d’architecture d’information », relate Fabien Gautier, directeur du développement. Concrètement, cela signifie que fournisseurs d’accès à Internet, géants du numérique et entreprises qui constituent l’infrastructure de base d’Internet semblent anticiper une augmentation des données à traiter. « Il y a un mouvement de consolidation de l’infrastructure du paquebot du numérique français, qui se prépare à un choc. C’est rassurant, les acteurs se sont préparés », poursuit M. Slim.

Pour assurer la continuité de leurs services, certaines entreprises du secteur ont aussi mis en place des mesures pour éviter que leurs salariés soient contaminés par le virus. « Nous avons huit bâtiments sur Paris qui hébergent les systèmes de mille clients. Nous faisons tout pour que le personnel de chaque zone n’ait pas à se déplacer dans une autre », explique par exemple M. Gautier. Au lieu de laisser ses clients dépêcher des équipes dans ses infrastructures pour des installations ou maintenances, Telehouse a décidé de mettre à disposition son propre personnel déjà sur place et présent vingt-quatre heures sur vingt-quatre.

« Aucun souci » chez les FAI

Du côté d’Orange, Bouygues ou SFR, fournisseurs d’accès à Internet (FAI), on reste très confiant face à la montée en puissance des connexions Internet à des horaires de bureau. « Nous sommes déjà bien dimensionnés pour le pic de connexion habituel en fin de journée et les week-ends, où le grand public peut se connecter à des applications gourmandes en données, rassure Jean-Paul Arzel, directeur réseau chez Bouygues Telecom. Il n’y aura donc aucun souci pour accueillir plus de connexions en journée liées au télétravail. »

Même son de cloche chez Orange : « Nos réseaux savent supporter les événements à très forte audience, comme les matchs de foot à grande visibilité ou des séries comme Game of Thrones… La charge liée au télétravail est relativement modérée (téléphone, échange de fichiers, etc.). Il n’y a pas d’inquiétude pour nos clients s’ils doivent télétravailler ou bien passer plus de temps à la maison et regarder davantage de contenus durant la journée. »

Du côté de SFR, on estime que « cette situation ne correspond pas à une augmentation de trafic à proprement parler mais plus à un déport — le lieu de travail vers le domicile —, à l’instar de ce que l’on a pu observer cet hiver pendant les grèves ».

D’autant que les fournisseurs d’accès ont des marges de manœuvre : selon l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, ils sont en capacité d’absorber un trafic de l’ordre de 35 térabits par seconde. La quantité de données entrant actuellement dans l’Hexagone est bien inférieure, de l’ordre de 14 térabits par seconde.

Source : https://www.lemonde.fr/

DĂ©pannage Ă  domicile et COVID-19

Bonjour

Selon les recommandations du gouvernement pour le COVID-19, pour la santé de chacun, je prends la décision d’annuler tous les nouveaux dépannages à domicile jusqu’à nouvel ordre, à partir du moment ou ils peuvent être remplacés par de l’assistance à distance par l’intermédiaire du logiciel Anydesk.
 
C’est une mĂ©thode que je pratique dĂ©jĂ  habituellement :
  • pour les clients qui habitent loin,
  • pour les prestations très courtes,
  • ou lorsque les crĂ©neaux de rendez-vous sont difficiles Ă  trouver.
Ce sera gĂ©nĂ©ralisĂ© pour toutes les prestations permettant de l’assistance Ă  distance. Pour les autres types de prestations, nous verrons ensemble comment procĂ©der afin de rĂ©soudre votre problème au plus vite.
 
Le principe est simple, vous êtes chez vous, je suis chez moi, vous téléchargez un logiciel que vous lancez.
En fonction des droits que vous me donnez, je peux voir votre Ă©cran et interagir avec.
Une fois que le dépannage est terminé, je ne peux plus rien faire sur votre ordinateur.
 
Plus d’infos sur la mĂ©thode ici :
 
Merci pour votre compréhension & bon courage pour cette période compliquée pour certains !
 

Connexion Internet qui fonctionne mal : voici le guide de 60 millions de Consommateurs

60 Millions de Consommateurs garde visiblement un oeil sur le secteur des télécoms. En plus d’une enquête pour mesurer la satisfaction de leurs clients et de conseils pour éviter les pièges lors de la souscription, l’association de consommateurs y va en effet d’un guide pour rappeler les actions à mener en cas de dysfonctionnement de la ligne Internet.

Le prix est peut-être attractif et le service client de votre opérateur à votre écoute, mais dans les faits, votre ligne Internet ne fonctionne pas comme elle devrait, avec des pertes de connexion, des débits réduits ou des problèmes sur le service de télévision qui rythment votre quotidien. L’association 60 Millions de Consommateurs vous rappelle ce qu’il faut faire dans ce genre de situation.

60 Millions de Consommateurs commence par rappeler que les fournisseurs d’accès à Internet sont soumis, sur le plan juridique, à une “obligation de résultat“. “Sauf cas de force majeure, ils doivent fournir le service promis et ne peuvent pas prétexter la défaillance d’un autre acteur (qu’il s’agisse d’un autre opérateur ou d’un sous-traitant) pour s’exonérer de leur responsabilité”, ajoute-t-elle.

L’association cite l’exemple de la ligne ADSL avec l’excuse de la “vétusté de la ligne téléphonique, sur la partie où les câbles appartiennent toujours à l’opérateur historique Orange (ex-France Télécom)” et celui de la connexion fibre optique avec un souci pouvant “venir des derniers mètres du câble arrivant dans votre logement”, dont une gestion est assurée “par un autre opérateur que celui auquel vous êtes abonné”. Quoi qu’il en soit, le nécessaire doit être fait par votre opérateur pour un retour à la normale.

La mise en demeure, puis la médiation

Côté actions à mener, 60 Millions de Consommateurs souligne par ailleurs qu’il est inutile de harceler la hotline, que ce soit par téléphone, chat ou réseau social, avec des téléconseillers qui n’ont pas toujours “les autorisations (ou les compétences) nécessaires pour régler les situations les plus complexes”. Quand ça n’avance pas, il faut passer à l’étape de la lettre recommandée avec accusé de réception pour mettre l’opérateur face à ses obligations.

Tout en soulignant le soin à apporter à la lettre (précision qu’il s’agit d’une mise en demeure avec la demande d’un délai d’action, référence de l’abonnement, description synthétique du problème et historique des appels au service client), mais sans pour autant écrire un roman, l’association rappelle les adresses des services consommateurs :

Bouygues Telecom – Service consommateurs – TSA 59013 – 60643 Chantilly Cedex
Free – Service national consommateurs – 75371 Paris Cedex 08
Orange – Service consommateurs Internet – 33734 Bordeaux Cedex 9
SFR – Service consommateurs – TSA 20102 – 69947 Lyon Cedex 20

Si rien n’avance malgré les appels au service client et la mise en demeure, 60 Millions de Consommateurs invite à saisir la médiatrice des communications électroniques, qui est indépendante et gratuite pour le consommateur et qui tentera de débloquer la situation. Il faudra toutefois faire preuve de patience, sachant que “la médiatrice s’engage à apporter une réponse sous 90 jours maximum”, comme le rappelle l’association. “Attention : pour que votre demande soit recevable, il faut attendre d’avoir reçu la réponse à la lettre envoyée au service consommateurs (ou attendre un mois après votre envoi, en cas d’absence de réponse)”, souligne 60 Millions de Consommateurs.

La résiliation sans frais

Enfin, dernière et ultime étape, la demande de résiliation sans frais. “Puisque l’arrêt du contrat résulte de l’incapacité de l’opérateur à faire fonctionner votre ligne, vous êtes légitime à demander une résiliation sans frais, et cela même si vous aviez un engagement de douze mois qui n’est pas achevé”, note 60 Millions de Consommateurs. La demande devra évidemment se faire par lettre recommandée avec accusé de réception. Si la coupure est longue, il sera même possible de demander “le remboursement des sommes versées correspondant aux périodes pendant lesquelles le contrat n’a pas été exécuté”.

Source : Connexion Internet qui fonctionne mal : voici le guide de 60 millions de Consommateurs

Une enquĂŞte choc montre comment l’antivirus Avast vend vos donnĂ©es de navigation

UtilisĂ© par 435 millions d’utilisateurs dans le monde, l’antivirus Avast collecte et revend les donnĂ©es de navigation Internet Ă  de grandes entreprises, comme le montre une enquĂŞte menĂ©e par Motherboard et PCMag.

Lire l’article sur Vice :
« Leaked Documents Expose the Secretive Market for Your Web Browsing Data »

 

En quelques mots :

    • InstallĂ© sur un ordinateur, le logiciel antivirus d’Avast collecte les donnĂ©es de navigation web des utilisateurs qui cochent un opt-in de collecte de donnĂ©es.

 

    • Jumpshot, une filiale d’Avast, se charge de trier ces donnĂ©es et de les revendre Ă  des entreprises comme Google, Microsoft, McKincsey, Pepsi ou… Sephora.

 

  • Les donnĂ©es de navigation revendues comprennent les positions GPS sur Google Maps, les recherches YouTube, mais aussi les visites anonymisĂ©es sur des sites pornographiques.



Avast adresse un droit de réponse :
En dĂ©cembre 2019, nous avons rapidement pris les mesures nĂ©cessaires pour rĂ©pondre aux normes des boutiques d’extensions des navigateurs et nous sommes maintenant conformes Ă  leurs exigences en ce qui concerne nos extensions de sĂ©curitĂ© en ligne. Dans le mĂŞme temps, nous avons complètement cessĂ© d’utiliser les donnĂ©es des extensions de navigateur Ă  d’autres fins que le moteur de sĂ©curitĂ© principal, y compris le partage avec notre filiale Jumpshot.

Nous veillons Ă  ce que Jumpshot n’acquière pas d’information d’identification personnelles, notamment le nom, l’adresse email ou encore les coordonnĂ©es. Les utilisateurs ont toujours eu la possibilitĂ© de refuser de partager des donnĂ©es avec Jumpshot. En juillet 2019, nous avions dĂ©jĂ  commencĂ© Ă  mettre en place un choix explicite d’acceptation ou de refus pour tous les nouveaux tĂ©lĂ©chargements de notre logiciel, et nous invitons maintenant nos utilisateurs gratuits actuels Ă  faire un choix d’acceptation ou de refus, un processus qui sera achevĂ© en fĂ©vrier 2020.

Notre politique de confidentialitĂ© dĂ©taille les protections que nous mettons en place pour tous nos utilisateurs. Ces derniers peuvent Ă©galement choisir d’ajuster leur niveau de confidentialitĂ© en utilisant le large Ă©ventail de paramètres disponibles dans nos produits, y compris le contrĂ´le de tout partage de donnĂ©es Ă  tout moment. Nous nous conformons volontairement aux exigences du RGPD et de la Loi sur la protection du consommateur de Californie (CCPA) en matière de protection de la vie privĂ©e pour l’ensemble de notre base d’utilisateurs mondiale.

Nous avons une longue expĂ©rience de la protection des appareils et des donnĂ©es des utilisateurs contre les logiciels malveillants. Nous comprenons et prenons au sĂ©rieux la responsabilitĂ© d’Ă©quilibrer la vie privĂ©e des utilisateurs avec l’utilisation nĂ©cessaire des donnĂ©es pour nos principaux produits de sĂ©curitĂ©

Windows 7 : comment désactiver la notification plein écran de fin de support

Windows 7 affiche désormais une notification plein écran aux utilisateurs pour prévenir de la fin du support. Voici comment désactiver cette notification.

Windows 7 c’est fini. Le très célèbre système d’exploitation de Microsoft n’est aujourd’hui plus pris en charge par la firme. Des failles de sécurité non corrigée peuvent donc apparaitre et continuer d’utiliser Windows 7 est fortement déconseillé.

Pour pousser à l’abandon du système, Microsoft a mis en place depuis plusieurs semaines des notifications pour préparer les utilisateurs. Désormais, c’est une notification plein écran qui s’affiche pour rappeler l’utilisateur de la fin du support.

COMMENT DÉSACTIVER CETTE NOTIFICATION

Le moyen recommandé de désactiver cette notification est de passer sur un autre système d’exploitation : mettre à jour (gratuitement) Windows 7 vers Windows 10, ou installer une distribution GNU/Linux.

Si vous lisez cet article, c’est sans doute parce que vous souhaitez continuer d’utiliser Windows 7 à vos risques et périls. Dans ce cas, voici comment supprimer la notification en continuant d’utiliser l’OS.

  • Ouvrez la fenĂŞtre « ExĂ©cuter » (Win+R), puis taper « regedit »
  • Naviguez dans l’arborescence en suivant le chemin : « HKEY_CURRENT_USER\Software\Microsoft\Windows\CurrentVersion\EOSNotify »
  • CrĂ©ez ou modifiez (si elle existe dĂ©jĂ ) la clĂ© DWORD 32 Bits « DiscontinueEOS »
  • Attribuez-la la valeur « 1 »

Une fois cette modification du registre opérée, Windows 7 ne devrait plus vous afficher de notifications. On rappelle une nouvelle fois que cette opération n’est pas recommandée, et qu’il vaut mieux abandonner Windows 7.

Source : Windows 7 : comment dĂ©sactiver la notification plein Ă©cran de fin de support – Frandroid

Choix du mot de passe

N’oubliez surtout pas que le choix du mot de passe est très important ! 😉

Page Reader Press Enter to Read Page Content Out Loud Press Enter to Pause or Restart Reading Page Content Out Loud Press Enter to Stop Reading Page Content Out Loud Screen Reader Support