Archives

now browsing by author

 

Vers une pénurie de cartes bancaires fin 2021

La pénurie de semi-conducteurs pourrait bientôt affecter le secteur bancaire.

Vous en avez certainement entendu parler. Depuis quelques mois, les chaines de production ont beaucoup de mal à répondre à la demande des fabricants de PC, cartes graphiques, consoles de jeux et smartphones. En cause? Une pénurie de semi-conducteurs qui affecte tous ces secteurs. La PlayStation 5 de Sony est en rupture de stock quasi-permanente. Certains constructeurs automobiles ont mis à l’arrêt leurs chaines de productions. Plusieurs fabricants de smartphones sont contraints d’adapter leurs agendas et à repousser la sortie de plusieurs produits, à l’image de Huawei, qui envisagerait de lancer une version 4G de son prochain porte-étendard avant de lancer une version 5G quelques semaines ou mois plus tard… La pénurie de semi-conducteurs fait des ravages dans l’industrie et elle pourrait bien s’accentuer dans la seconde moitié de l’année. A en croire la Smart Payment Association, l’organisation qui regroupe les principaux fournisseurs européens de technologies de sécurité pour le secteur financier, la pénurie de semi-conducteurs pourrait également affecter le secteur bancaire, dès les prochains mois.

La SPA évoque des problèmes d’approvisionnement pour certains producteurs de cartes bancaires. Ceux-ci auraient de plus en plus de mal à tenir le rythme. Chaque année, plus de 3 milliards de cartes bancaires sont produites et distribuées à travers le monde.

“Si la situation ne s’améliore pas, il va manquer des millions de cartes et cela aura un impact direct sur les consommateurs qui ne pourront pas obtenir une carte bancaire ou le renouvellement de leur carte bancaire” explique Jacques Doucerain, le président de la SPA.

Tout comme les smartphones ou les ordinateurs, les cartes bancaires embarquent une puce, qui conduit toutefois un rôle très différent puisqu’elle sert à sécuriser les transactions.

Le secteur bancaire n’est pas le seul qui pourrait être impacté par l’énorme bouchon qui est en train de se créer chez les producteurs de semi-conducteurs. Le secteur automobile, aussi, est en crise. Et à en croire la Smart Payment Association, la situation pourrait se compliquer en 2022. Si vous prévoyiez de changer de carte de crédit ou de banque, faites-le au plus tôt. Des files d’attente risquent d’être instaurées dans le secteur au cours des prochains mois, avec des délais d’attente qui pourraient passer de quelques jours à quelques semaines.

Source: geeko.lesoir.be

« Toutes mes donnĂ©es sont parties » : un piratage d’ampleur touche les disques WD My Book Live

Plusieurs utilisateurs de WD My Book Live ont vu l’intĂ©gralitĂ© de leurs donnĂ©es stockĂ©es sur les disques NAS ĂŞtre supprimĂ©es Ă  distance dans ce qui semble ĂŞtre un piratage de grande ampleur. Western Digital incite tout le monde Ă  dĂ©connecter d’Internet leur appareil.

WD My Book Live

Un disque WD My Book Live.

Les utilisateurs de disques WD My Book Live sont appelés à couper la connexion Internet de leurs appareils au plus vite. Dans le cas contraire, ils risquent de voir l’intégralité de leurs données stockées dans ces NAS supprimées purement et simplement à cause d’une faille de sécurité.

L’entreprise Western Digital qui commercialise ces disques NAS My Book Live a en effet envoyé un mail à ses clients en assurant qu’une enquête était en cours pour comprendre l’origine du souci et pour le corriger. Toutefois, de nombreux utilisateurs expliquent, paniqués, que la totalité de leurs photos, vidéos et documents en tous genres stockés sur ces appareils ont disparu.

SUR LA PISTE D’UN PIRATAGE MASSIF

L’une des personnes touchées par cet incident majeur pense avoir trouvé le script coupable de cette suppression massive de données à distance. Tout porte à croire qu’il s’agit d’un piratage massif. C’est d’ailleurs la piste privilégiée par Western Digital.

Western Digital a déterminé que certains appareils My Book Live sont compromis par un logiciel malveillant. Dans certains cas, cette faille a conduit à une réinitialisation d’usine qui semble effacer toutes les données de l’appareil. L’appareil My Book Live a reçu sa dernière mise à jour du firmware en 2015. Nous comprenons que les données de nos clients sont très importantes. Pour le moment, nous vous recommandons de déconnecter votre My Book Live d’Internet afin de protéger vos données sur l’appareil.

LE DÉSARROI DES UTILISATEURS

Hélas, pour les victimes, la nouvelle est évidemment très difficile à encaisser. « Toutes mes données sont parties », écrit un client. « Je suis complètement fichu sans ces données… des années de données », se lamente un autre. « Il est très effrayant et dévastateur que quelqu’un puisse faire une restauration d’usine sur mon disque sans aucune permission accordée par l’utilisateur », se confie un troisième.

Malheureusement, l’espoir n’est pas trop permis : on voit difficilement comme la pléthore de données disparues pourrait être restaurée.

Source : Frandroid

Amélioration ou pas ?

Parfois je comprends mieux pourquoi l’informatique reste un mystère pour beaucoup de monde…

Ben si la dĂ©sactivation de l’amĂ©lioration peut amĂ©liorer les choses… 🤣

Erreur 0x80242016 en voulant mettre a jour Windows

Plusieurs mois que ma version de Windows est bloquée en 1909, et impossible de mettre à jour sur une version supérieur 21H1 ou autre, ni récupérer les mises à jour de Windows. 

Suite a un échange avec le support de Microsoft, voilà les actions qui ont étés essayées… 

  • RĂ©parer le système de mise Ă  jour
  • Mettre Ă  jour les drivers
  • DĂ©sinstaller des programmes
  • Modifier le partitionnement
  • Cloner le disque sur un autre pour Ă©viter un soucis de firmware
  • Enlever tous les disques sauf le disque dur principal
  • Tenter une mise Ă  jour avec l’assistant d’installation de Windows
  • Tenter une mise Ă  jour avec l’ISO de la dernière version de Windows
  • DĂ©brancher tous les pĂ©riphĂ©riques non essentiels
  • … et pleins d’autres choses

…sans aucune réussite

J’ai enfin trouvĂ© la solution, cette de reconstruire la partition EFI.

Afin d’avoir un pense bĂŞte et espĂ©rer aider d’autres personnes dans ma situation, voilĂ  la mĂ©thode : (Il faut avoir une bonne base de connaissances pour faire la mĂ©thode, donc pensez a faire une sauvegarde avant)

    1. DĂ©marrer sur un DVD /Clef USB de Windows
    2. et accéder au Options de démarrage avancées
    3. Allez dans  Dépannage > Options avancées > Invite de commandes
    4. entrez diskpart et validez
    5. listez les disques par la commande list disk
    6.  Sélectionnez le disque ou Windows est installé par la commande sel disk 0 (0 indique le numéro de votre disque, donc indiquez votre référence à vous)
    7. Listez les volumes de ce disque par la commande list vol 
    8. Notez la lettre attribuĂ©e Ă  la partition Windows. (On dira dans notre exemple que c’est D)
    9. Notez le numĂ©ro de volume de la partition EFI (C’est une partition FAT32 assez petite, en Mo) on dira dans notre exemple que c’est la 3
    10. Entrez cette commande pour sélectionnez la partition EFI sel vol 3 (remplacez 3 par le nombre trouvé en 9)
    11. Entrez cette commande pour attribuer la lettre R à votre partition EFI  assign letter=R:
    12. Quittez Diskpart par la commande exit
    13. entrez la commande bcdboot D:\Windows /l fr-fr /s R: /f UEFI (remplacez D par la lettre attribuée à la partition Windows, vu en 8)
    14. RedĂ©marrer l’ordinateur par la commande shutdown /f /r /t 0

En espĂ©rant que cela fonctionne aussi pour vous ! 😊

OnlyOffice Docs

Avec la version 6.1 sortie rĂ©cemment, ONLYOFFICE Docs gagne en popularitĂ© et se pose en vĂ©ritable alternative Ă  Google Docs et Microsoft Office Online. Installez la suite bureautique europĂ©enne sur votre propre serveur pour Ă©diter vos documents et collaborer avec vos collègues via l’Ă©diteur gratuit ou directement dans votre navigateur.

Les suites bureautiques en ligne ont changĂ© la manière dont on accède Ă  nos documents. Fini les clĂ©s USB pour transporter ses documents, fini Ă©galement de devoir installer un logiciel sur chaque appareil pour les consulter. En crĂ©ant un serveur ONLYOFFICE Docs, vous pourrez utiliser son Ă©diteur Web sur n’importe quel appareil pour crĂ©er et Ă©diter vos documents. Contrairement Ă  d’autres suites Web comme Microsoft Office Online ou Google Docs, toute l’interface Web et le stockage des documents s’effectue sur vos propres serveurs. Vous gardez donc entièrement la main sur vos donnĂ©es.

Cette suite bureautique 100 % europĂ©enne comprend un logiciel de traitement de texte, un tableur et un logiciel de prĂ©sentation. L’Ă©diteur utilise l’Ă©lĂ©ment Canvas du HTML5 et prend en charge les documents OOXML (.docx, .xlsx, .pptx), ainsi que les formats Microsoft Office plus anciens et le format ouvert OpenDocument (.odt, .ods., .odp). ONLYOFFICE Docs propose Ă©galement de nombreux modules complĂ©mentaires, comme Google Traduction, YouTube, un module OCR ou mĂŞme la messagerie Telegram pour discuter avec ses collaborateurs directement dans l’Ă©diteur.

ONLYOFFICE Docs intègre un éditeur de documents compatible avec les formats Word et OpenOffice © ONLYOFFICE

Un version libre compatible avec ownCloud et NextCloud

Le site d’ONLYOFFICE propose diffĂ©rents connecteurs afin de l’intĂ©grer avec de nombreuses plateformes professionnelles comme NextCloud, ownCloud, Alfresco, Confluence, HumHub, Liferay, SharePoint, Plone, ou encore Nuxeo. Pour le travail collaboratif en temps rĂ©el, l’Ă©diteur intègre deux modes de coĂ©dition, des fonctions de partage, ainsi que diffĂ©rents outils pour Ă©changer avec ses collaborateurs et suivre leurs modifications. De plus, ONLYOFFICE Docs permet de crĂ©er des salles privĂ©es pour la collaboration avec une protection par l’algorithme de chiffrement AES-256.

ONLYOFFICE Docs est proposĂ© sous trois formules, Ă  installer sur un ordinateur équipĂ© de Windows Server ou une des nombreuses distributions Linux. L’Ă©dition Community est gratuite pour une utilisation personnelle, distribuĂ©e sous licence libre GNU AGPL v.3. Cette version accepte jusqu’Ă  20 utilisateurs simultanĂ©ment et propose quasiment toutes les fonctions des autres Ă©ditions, exceptĂ© l’Ă©diteur Web mobile, la comparaison de documents et l’affichage tableau.

La suite bureautique comprend un traitement de texte, un tableur et un logiciel de présentation © ONLYOFFICE

Un essai gratuit de 30 jours

La firme propose Ă©galement une Ă©dition Enterprise sous forme de licence dĂ©finitive. La version Home Server est destinĂ©e Ă  un usage non commercial. Elle est limitĂ©e Ă  10 utilisateurs et coĂ»te 139 euros. L’Ă©dition commerciale Single Server coĂ»te 1.020 euros par tranche de 50 utilisateurs. L’Ă©diteur propose Ă©galement une version Cluster, sur devis. L’Ă©dition Developer est proposĂ©e en tant que serveur de dĂ©veloppement Ă  1.275 euros Ă  vie pour 20 connexions. Pour un serveur de production, la version Single Server avec une licence annuelle est annoncĂ©e Ă  5.875 euros par tranche de 250 connexions.

ONLYOFFICE propose une application mobile sur Android et iOS ainsi qu’un logiciel de bureau, disponible gratuitement sur Windows XP à Windows 10, macOS et de nombreuses distributions Linux. Quel que soit l’appareil, le programme permet de travailler hors ligne avec les fichiers locaux, ou de se connecter Ă  un service d’hĂ©bergement en ligne pour accĂ©der Ă  ses fichiers dans le cloud et collaborer avec d’autres utilisateurs. Pour tester les diffĂ©rents Ă©diteurs Web ainsi que l’installation du serveur, ONLYOFFICE offre un essai gratuit de 30 jours de l’Ă©dition Enterprise.

Source : futura-sciences.com

Les contenus Flash seront bloqués le 12 janvier 2021

Flash n’est plus supportĂ© depuis le 1er janvier 2021. Et Ă  partir du 12 du mĂŞme mois, les contenus seront bloquĂ©s.

Ça y est : Flash n’est plus maintenu par Adobe depuis le 1er janvier 2021. Si vous avez suivi l’actualité tech ces dernières années, vous n’êtes pas sans savoir que l’entreprise américaine avait planifié depuis longtemps de cesser de s’occuper de ce format, qui sert aux animations et aux jeux sur le web, et qui a connu son heure de gloire dans les années 90 et 2000.

Le web a en effet globalement basculé sur de nouvelles technologies, qui s’avèrent en outre ouvertes, contrairement à Flash, qui est resté jusqu’à la fin un format propriétaire. Mais si le 31 décembre 2020 a marqué la fin de son support, il ne s’agit pas de la seule date dans le calendrier qu’a prévu Adobe. En effet, une autre échéance est prévue au 12 janvier 2021. À cette date, ce sont les contenus Flash qui seront bloqués.

Flash Among Us
On a trouvé un corps le 1er janvier 2021. // Source : Melvyn Dadure pour Numerama

« Pour aider à sécuriser les systèmes des utilisateurs, Adobe bloquera l’exécution du contenu Flash dans Flash Player à partir du 12 janvier 2021 », indique ainsi une page du groupe répondant aux questions générales sur la disparition de Flash. Ce n’est pas une surprise : cette échéance était déjà indiquée depuis plusieurs semaines. Il ne reste donc plus que quelques jours de sursis avant le verrouillage des contenus.

La neutralisation du format se fait avec le soutien des principaux navigateurs web, qui suivent tous une feuille de route similaire.

Firefox, par exemple, s’en débarrassera avec la mise à jour du 26 janvier 2021 et des dispositions ont été prises pour traiter aussi les versions précédentes du logiciel. Quant à Microsoft, après avoir mis à disposition un outil de désinstallation manuel, il retirera Flash de Windows automatiquement en 2021. Depuis juin, Adobe recommandait au public de supprimer Flash de son environnement.

L’HÉRITAGE DE FLASH PRÉSERVÉ GRÂCE À RUFFLE

La disparition de Flash a nourri des craintes sur l’archivage des jeux et des animations reposant sur cette technologie. En effet, des organisations comme Internet Archive ou Flashpoint ont pris la décision d’amasser un maximum de ces contenus pour préserver cet héritage, qui a eu un impact considérable sur le web — le fait qu’il ait fallu autant de temps (une dizaine d’années) pour se débarrasser de Flash est d’ailleurs un signe : ce format était littéralement partout.

La bonne nouvelle, c’est qu’il sera toujours possible de profiter des contenus Flash sans Flash, grâce à un projet libre et gratuit appelé Ruffle. Il permet d’émuler cette technologie sans risque pour l’ordinateur. De quoi vous permettre de relancer des jeux comme Yeti Sports, Curveball, Stickman Sam 2 , Snowcraft et Line Rider , ou de vous replonger dans des animations telles Loituma Girl, All your base are belong to us ou Caramelldansen.

Source : Les contenus Flash seront bloqués le 12 janvier 2021

Navigateur Edge : la communication agressive de Microsoft pousse Ă  la saturation

Microsoft continue de mener une communication pour le moins agressive afin de faire adopter son navigateur Edge.

Microsoft a mis Ă  disposition du public la nouvelle copie de son navigateur Edge. Rappelons que la marque a finalement choisi d’adopter le moteur Chromium pour animer son navigateur et lui ouvrir l’accès aux extensions prĂ©vues pour Chrome.

Edge Microsoft

Chacun peut ainsi tĂ©lĂ©charger le navigateur depuis la page dĂ©diĂ©e de l’application… Mais Microsoft continue malgrĂ© tout de faire un peu de forcing du cĂ´tĂ© de Windows 10. Après avoir automatisĂ© l’installation de son navigateur via une mise Ă  jour, Microsoft souhaite dĂ©sormais que les utilisateurs adoptent son logiciel.

C’est ainsi que l’on voit apparaĂ®tre divers messages sur Windows 10, notamment dans le menu dĂ©marrer au niveau des suggestions qui invitent l’utilisateur Ă  opter pour Edge plutĂ´t que leur navigateur actuel. Certains utilisateurs reçoivent Ă©galement des pop-ups au lancement de leur navigateur ou lors d’un reboot pour les encourager Ă  essayer Edge.

Dans la recherche Windows, le simple fait de renseigner le dĂ©but du mot Internet fait Ă©galement s’afficher une fenĂŞtre pour Edge, tout comme au sein de la recherche Bing qui fait Ă©normĂ©ment de publicitĂ© pour le navigateur maison de Microsoft.

De quoi pousser les utilisateurs jusqu’Ă  la saturation et desservir les intĂ©rĂŞts de la marque.

Source : https://www.generation-nt.com/

Ecran bleu Windows : des escrocs se font passer pour le service technique

Ă©cran bleu Windows arnaque

Capture d’Ă©cran Twitter

« Votre ordinateur a Ă©tĂ© verrouillé » : voici ce que l’on pouvait lire sur l’Ă©cran d’un ordinateur avant que l’utilisateur ne soit invitĂ© Ă  appeler un numĂ©ro pour dĂ©bloquer le fameux Ă©cran bleu…

Cette technique serait ainsi de plus en plus utilisĂ©e pour leur soutirer de l’argent aux personnes ciblĂ©es.

Le chantage au faux virus

Dans un mini-thread sur Twitter, Thomas Jarrand, dĂ©veloppeur Web, a racontĂ© les mĂ©saventures de sa mère qui a failli ĂŞtre victime d’une escroquerie au support technique Windows.

Le principe ? Afficher une page similaire Ă  l’Ă©cran bleu Windows qui informe un soi-disant vol de donnĂ©es issues d’un compte Facebook, d’un service de messagerie, ou d’une carte de crĂ©dit.

Ce procĂ©dĂ© très connu au sein de l’arnaque en ligne s’appelle tout simplement le chantage au faux virus.

Les escrocs se faisant passer pour le service technique Windows demandent aux victimes de payer une certaine somme d’argent (plus ou moins importante) pour une prestation qui ne sera jamais effectuĂ©e.

La mère de Thomas Jarrand, elle, a raccrochĂ© le tĂ©lĂ©phone au bout de quelques minutes et n’a surtout pas dĂ©boursĂ© le moindre euro.

Supprimer le faux Ă©cran bleu Windows : quelle est la solution ?

Dans un article paru en 2017 et mis Ă  jour Ă  l’occasion de la crise sanitaire actuelle, le magazine de l’association 60 Millions de Consommateurs donne quelques indications pour supprimer ce faux Ă©cran bleu.

L’association suggère ainsi d’Ă©teindre l’ordinateur en cliquant sur les touches CTRL + ALT + SUPPR ou en maintenant le bouton d’alimentation appuyĂ© quelques secondes et de rallumer le PC en mode sans Ă©chec.

Et enfin, voici un des conseils Ă  ne pas nĂ©gliger : outre l’installation d’un antivirus, il est recommandĂ© de nettoyer rĂ©gulièrement son historique Web issu des diffĂ©rents navigateurs tels que Chrome, Firefox, Safari ou encore Edge.

Source : Ecran bleu Windows : des escrocs se font passer pour le service technique

Fake News : NON, le gouvernement français n’installe pas StopCovid secrètement sur votre smartphone

C’est une rumeur qui tourne Ă  la fake news virale sur la toile depuis quelques jours : Non, le gouvernement français ne va pas installer son application StopCovid en douce sur votre smartphone avec le soutien des opĂ©rateurs…

L’application StopCovid n’a pas fini de soulever les inquiĂ©tudes auprès d’un public très souvent mal informĂ© et en proie Ă  la dĂ©sinformation et aux fakes news.

Depuis quelques semaines, les discussions autour de l’application qui permettra de tracer les utilisateurs pour les alerter d’une Ă©ventuelle mise en contact avec une personne porteuse du Covid 19 soulève bien des dĂ©bats sur la toile.

StopCovid

Ă€ peine prĂ©sentĂ©e, l’application Ă©tait dĂ©jĂ  dĂ©criĂ©e comme un outil permettant au gouvernement de pister les utilisateurs, de leur faire respecter les restrictions des dĂ©placements limitĂ©s Ă  100 km, de les gĂ©olocaliser en temps rĂ©el, en bref de les espionner en permanence Ă  des fins diverses et variĂ©es…

Depuis quelques jours, le discours s’est modifiĂ© et l’on voit apparaitre sur les rĂ©seaux sociaux et sites conspirationnistes des notices visant Ă  « dĂ©sinstaller l’application StopCovid installĂ©e sans votre consentement et Ă  distance par le gouvernement »… Une idĂ©e saugrenue qui trouve pourtant nombre d’adeptes…

Dans une notice, on nous explique ainsi comment Ă©liminer l’option de traçage de son smartphone en allant dans les rĂ©glages et en allant dĂ©sactiver des fonctionnalitĂ©s diverses.

StopCovid

Tant sur les terminaux Apple que sur les smartphones Ă©quipĂ©s d’Android, ces notices ne font que bloquer la solution de traçage proposĂ©e par Google et Apple, une option qui justement n’a pas Ă©tĂ© retenue par le gouvernement Français qui a choisi de dĂ©velopper sa propre application.

On touche ici donc dĂ©jĂ  Ă  un premier paradoxe flagrant… D’autre part, aucune loi ou dĂ©cret ne permet au gouvernement de faire installer son application Ă  distance. L’utilisation de StopCovid est et restera facultative et il faudra tĂ©lĂ©charger et installer soi-mĂŞme l’application, puis lui donner les autorisations nĂ©cessaires comme n’importe quelle application diffusĂ©e sur le Play Store ou l’App Store.

Source : Fake News : NON, le gouvernement français n’installe pas StopCovid secrètement sur votre smartphone

StopCovid : un programme de bug bounty pour rendre l’app plus sĂ»re

L’Ă©quipe projet chargĂ©e du dĂ©veloppement de l’application StopCovid, menĂ©e par Inria, va faire appel aux hackers Ă©thiques, pour renforcer la sĂ©curitĂ© de sa solution. Sous les conseils de l’ANSSI, un programme de bug bounty va en effet ĂŞtre lancĂ© dès demain.

Pour dĂ©velopper son application visant Ă  lutter contre la propagation du coronavirus, StopCovid, le gouvernement a montĂ© une Ă©quipe projet. Celle-ci est pilotĂ©e par l’Institut national de recherche en sciences et technologies du numĂ©rique (Inria) et est notamment composĂ©e de Capgemini, Dassault Systèmes, l’Inserm, ou encore Orange.

Recommandation de l’ANSSI

Par ailleurs, puisque la solution consiste Ă  recueillir et analyser des donnĂ©es personnelles, la question de sa sĂ©curitĂ© apparaĂ®t Ă©videmment prĂ©pondĂ©rante. C’est pourquoi l’Ă©quipe projet comprend Ă©galement des membres de l’Agence nationale de la sĂ©curitĂ© des systèmes d’information (ANSSI).

Pour protĂ©ger les futurs utilisateurs de StopCovid, l’organisation a proposĂ© de recourir Ă  un programme de bug bounty, une recommandation suivie par Inria. Cela signifie donc que l’application passera entre les mains expertes de « chasseurs de bugs », c’est-Ă -dire des hackers Ă©thiques chargĂ©s de repĂ©rer des failles dans le code informatique, en l’Ă©change d’une compensation. L’objectif : « pouvoir mettre Ă  la disposition des citoyens une application s’appuyant sur les plus hauts standards en termes de sĂ©curitĂ© et le dernier cri des algorithmes de cryptographie », dixit Bruno Sportisse, P.-D.G. d’Inria.

La chasse aux bugs ouvre dès demain

RĂ©partis dans toute l’Europe, les hackers se mettront Ă  l’Ĺ“uvre dès ce mercredi 27 mai. Pour rĂ©unir une telle communautĂ©, l’Ă©quipe projet s’est rapprochĂ©e de l’entreprise française YesWeHack, plateforme spĂ©cialisĂ©e dans le bug bounty.

Dès qu’un membre aura dĂ©voilĂ© une vulnĂ©rabilitĂ©, les dĂ©veloppeurs de l’application se chargeront alors de la corriger. En parallèle de ce programme, d’autres actions continueront d’ĂŞtre menĂ©es par l’ANSSI, afin d’amĂ©liorer la sĂ©curitĂ© de la solution.

En revanche, l’agence et Inria n’ont apportĂ© aucune prĂ©cision quant Ă  la rĂ©tribution associĂ©e Ă  la dĂ©couverte d’une faille.

Source : Communiqué de presse

Page Reader Press Enter to Read Page Content Out Loud Press Enter to Pause or Restart Reading Page Content Out Loud Press Enter to Stop Reading Page Content Out Loud Screen Reader Support