En Inde, Twitter porte plainte contre le gouvernement en place

Entre Twitter et les autorités indiennes, le torchon brûle sérieusement depuis désormais près d’un an et demi. Le récent rachat du média social par le milliardaire américain Elon Musk ne semble malheureusement pas avoir calmé les choses.

En effet, TechCrunch a révélé ce mardi 5 juillet 2022 que Twitter a décidé d’intenter un procès contre le gouvernement indien. Le réseau social américain cherche à contester certaines injonctions de retrait émanant des officiels Indiens.

Twitter refuse de supprimer certains tweets et comptes indiens

Selon les données publiées par Statista en janvier 2021, Twitter compte 22 millions d’utilisateurs actifs en Inde. Ce qui en fait le troisième marché le plus important de la plateforme sociale derrière les États-Unis et le Japon.

Un marché clé que Twitter ne peut pas se permettre de perdre. Ce qui explique d’ailleurs le fait que l’entreprise américaine mette tout en œuvre depuis plusieurs années pour ne pas s’opposer aux demandes des autorités indiennes. Ceci, malgré le fait qu’il s’agisse de sommations qui vont à l’encontre des valeurs de Twitter. En effet, les différents ordres de suppression donnés par les autorités indiennes concernent essentiellement des comptes et des tweets critiquant la politique du Premier ministre indien Narendra Modi et son gouvernement.

Si Twitter s’est en partie conformé à ses exigences jusqu’à ce jour, l’entreprise américaine a toujours cherché le moyen de ne pas toutes les appliquer. Elle espère donc y arriver grâce à son action en justice. D’autant plus que la nouvelle réglementation indienne en matière de technologies de l’information n’offre presque pas de marge de manœuvre pour contester individuellement les ordres de retrait.

Des tensions qui ont atteint des sommets depuis mai 2021

Avant que Twitter ne saisisse la justice contre le gouvernement indien, elle a reçu le 24 mai 2021 la visite de la police de New Delhi connue pour être aux ordres du parti au pouvoir. Elle s’est rendue dans les bureaux de New Delhi et de Gurgaon occupés par l’entreprise pour interroger ses employés à propos du porte-parole du BJP, le parti au pouvoir.

La police indienne était passée pour comprendre les raisons qui ont amené Twitter à classer, dans la catégorie « média manipulateur », un tweet du porte-parole. Ce dernier avait accusé le parti du Congrès de diffamation. Il avait même ajouté un document qui serait la preuve de ses accusations. Après vérifications, le site de vérification AltNews a déclaré que le document présenté par le porte-parole du gouvernement avait été rédigé sur du « faux papier à en-tête du Congrès ». Une révélation qui a contraint Twitter à ajouter l’étiquette « média manipulateur » sur le tweet.

Puisque cette décision n’était pas du goût du gouvernement indien, celui-ci a décidé de déposer une plainte contre Twitter India. C’est donc dans ce cadre que la police des New Delhi a fait une descente dans les locaux indiens de l’entreprise. Par la suite, la police indienne a publié un communiqué dans lequel elle indique que les justifications données, par le directeur général de la filiale indienne de Twitter, n’étaient pas convaincantes.

Source: En Inde, Twitter porte plainte contre le gouvernement en place

Comments are Closed

Page Reader Press Enter to Read Page Content Out Loud Press Enter to Pause or Restart Reading Page Content Out Loud Press Enter to Stop Reading Page Content Out Loud Screen Reader Support