Intel prépare la fin du Legacy BIOS pour 2020 au profit de l’UEFI

Si vous avez connu l’évolution du Micro ordinateur Personnel et en particulier des machines x86, vous avez été un jour ou l’autre confronté au bel écran bleu d’un BIOS. Ce petit bout de code qui servait de relais entre le matériel installé dans votre machine et système d’exploitation que vous alliez utiliser.

2017-11-20 15_55_43-minimachines.net

Ce BIOS a depuis quelques années quasi disparu des machines récentes, enfin presque. Un nouveau système baptisé UEFI a pris sa place et prend désormais en charge ces actions. Il reste néanmoins une option spécifique liée à l’existence du BIOS. Un mode “Legacy BIOS” qui permet de piloter sans trop de soucis certains matériels ou systèmes récalcitrants à l’UEFI.

Intel prévoit la disparition de ce mode Legacy BIOS d’ici 2020 puisque  les systèmes de la marque opteront alors pour le mode UEFI class 3 qui ne prévoit plus un support de ce mode Legacy BIOS. L’intérêt de cette transition est une augmentation de la sécurité de la machine. Ce mode UEFI demande une signature de chaque élément d’un PC avant de l’autoriser à fonctionner. Une option qui est sur le papier très intéressante car cela évite d’installer un périphérique qui pourrait corrompre vos données, par exemple.

2017-11-20 15_47_10-minimachines.net

Mais une option qui a un effet pervers, elle empêche de continuer à utiliser un ancien matériel parfaitement fonctionnel mais non signé. Typiquement, une vieille carte son PCI par exemple, datant d’une époque où les composants n’étaient pas signés numériquement, ne fonctionnerait pas sur un PC équipé d’un UEFI Class 3. Il lui faut un mode Legacy BIOS pour continuer à tourner.

2017-11-20 15_47_31-minimachines.net

Beaucoup de détracteurs de ce système 100% UEFI indiquent également que le fait d’avoir un materiel signé numériquement n’est en rien une garantie contre un piratage de la machine, il s’agit juste d’une vérification de la part des fabricants que leur matériel est conforme à la production mais ne protège en rien contre les failles. Enfin, il a été fait mention de piratages complexes de solutions reprenant à leur compte des signatures de marques pour des matériels contrefaits. Certaines clés RSA de chiffrement matériel étaient clairement sous dimensionnées et des marques comme Infineon Technologies se sont fait tirer les oreilles pour leurs choix jugés peu efficaces. Des cartes mères ont été modifiées pour outrepasser des fonctions UEFI et des matériels ont également patiemment choisi pour offrir des compatibilités inhabituelles et inattendues avec d’autres en mode UEFI pour pouvoir les exploiter sous MacOS sur des PC classiques. Bref la solution 100% UEFI est encore à perfectionner d’un point de vue sécurité.

2017-11-20 15_48_29-minimachines.net

Le Legacy BIOS pose trois problèmes selon Intel, le premier concerne la sécurité, le second la validation matérielle des équipements et le troisième la compatibilité entre nouvelles technologies et matériels anciens

L’autre grande crainte liée à cette évolution vers  un mode 100% UEFI Class 3 vient du monde du logiciel Libre. Car si un système peut refuser un matériel non signé numériquement, il peut également n’autoriser que les systèmes d’exploitations de son choix. Une carte mère ou un portable pourrait refuser non seulement l’installation d’un système Linux ou MacOS mais il serait possible de faire en sorte qu’un Windows 10 soit limité dans ses évolutions et qu’il soit, par exemple, impossible d’installer une nouvelle version du système sur une machine. Ou de revenir à un Windows 7 ou 8.1.

2017-11-20 15_50_34-minimachines.net

Trois avantages, un code plus petit, une validation et un support plus aisé et l’utilisation de nouvelle technologies

Intel travaille donc avec ses partenaires  pour retirer de la vente tous les périphériques n’ayant pas une compatibilité UEFI parfaite d’ici 2020. Date à laquelle le fondeur pourrait décider de n’activer ses puces uniquement que sur des systèmes équipés d’un UEFI Class 3. L’utilisateur lambda y gagnerait sans doute en sécurité et améliorerait sensiblement le contrôle des matériels signés mais l’effet de bord le plus vraisemblable serait la mise au rebut de matériels fonctionnels devenant soudain incompatibles et la grosse tentation des fabricants de produire des machines compatibles avec des générations limitées de système d’exploitation.

Dans un premier temps, cela empêcherait également un constructeur de vendre une machine en FreeDOS par exemple.

Source : minimachines.net

Comments are Closed

Loading...
Page Reader Press Enter to Read Page Content Out Loud Press Enter to Pause or Restart Reading Page Content Out Loud Press Enter to Stop Reading Page Content Out Loud Screen Reader Support